Blog de psychologue psychothérapeute à Genève

Retrouvez l'ensemble des articles publiés dans notre blog de psy

Comment savoir si j’ai un baby blues ?

Baby blues – Même si beaucoup de gens pensent qu’avoir un bébé est quelque chose de naturel et de merveilleux, cela peut également être vécu comme un vrai tsunami. Cela est dans tous les cas très fatigant et peut même déboucher sur une dépression postpartum pour la jeune maman, voire le papa.

Une découverte forte en émotions

Même si chaque femme, chaque couple, chaque grossesse est unique, il est certain qu’avoir un enfant représente un vrai changement, un grand défi. Il arrive que l’on doive se redéfinir en tant que personne. Devenir parents, c’est toute une aventure dans laquelle on a parfois besoin d’être accompagné.

Pour commencer, une grossesse peut être difficile et épuisante, même si tout va bien du point de vue physiologique. Les maux de grossesse sont bien connus: certaines femmes ressentent des nausées, de la fatigue, des douleurs, des inquiétudes, des appréhensions, des troubles du sommeil, des acidités d’estomac, de l’irritabilité, des troubles de mémoire, des incontinences urinaires et j’en passe.

Ensuite de cela, un accouchement, qu’il soit réalisé en urgence, à terme, déclenché, par césarienne, par voie basse, programmé et autres, c’est un vrai travail, éprouvant pour chacun des partenaires à sa façon. Une découverte forte en émotions, parfois comme des montagnes russes. Et qui amène potentiellement son lot de douleurs, à différents moments et de toutes sortes.

Le temps des apprentissage

Puis vient le temps des apprentissages : changer une couche, donner le bain, allaiter ou donner le biberon, prodiguer des soins à son bébé. Vient également le temps de rentrer à la maison. Toute une réorganisation !

A cela viennent s’ajouter différentes choses telles que le fait de faire des choix ou parfois non-choix, puis de les assumer: biberon ou allaitement maternel, cododo, écharpe, poussette et compagnie. Pas toujours évident de supporter les conseils bienveillants mais parfois jugeants !

En fait, même pour un deuxième ou troisième bébé, on peut avoir l’impression qu’il faut tout réapprendre car chaque enfant a sa propre façon d’être. Les multiples réveils en pleine nuit pour nourrir bébé ou bien le langer, on connaît ! Encore de la fatigue qui s’accumule. Et puis les hormones par dessus le marché !

Pour peu que quelque chose se passe différemment de ce que vous aviez imaginé : tout peut alors basculer.

Le baby blues : une phase normale du postpartum

Le terme de baby blues désigne en réalité une phase normale du post-partum. Il s’agit d’une période liée à des chamboulements qui se produisent chez 80 % des mères et apparaissent généralement dans les quelques jours qui suivent la naissance.

Le baby blues peut aller approximativement de quelques heures à 15 jours. Dans la plupart des cas, les symptômes s’estompent d’eux-mêmes sans réelle conséquence.

Mais alors, quelles en sont les manifestations ? Encore une fois, toute femme étant unique, il est difficile d’appréhender la singularité de chaque situation. Néanmoins, on peut citer les symptômes suivants :

  • pleurs
  • tristesse
  • anxiété
  • sautes d’humeur
  • vulnérabilité
  • irritabilité
  • phobies d’impulsion
  • changement d’appétit
  • désintérêt
  • sentiment de dévalorisation
  • culpabilité
  • problèmes de sommeil
  • épuisement
  • et bien d’autres encore

Les manifestations du baby blues

Mais attention, car si lesdites manifestations peuvent être tout à fait normales et transitoires, elles peuvent également être les mêmes que lors d’un épisode de dépression post-partum. Alors quelle est la différence entre les deux ?

Essentiellement on va considérer que le baby blues peut être une phase « normale » au sens statistique du terme tandis que la dépression post-partum est dite « pathologique » et nécessite une aide psychologique car elle entraîne de la souffrance. C’est surtout la durée et l’intensité des symptômes qui doivent vous alerter.

Les 12 premiers mois sont à risque

La dépression postnatale touche environ 7 % des mères au cours des trois premiers mois suivant l’accouchement, chiffre probablement fort erroné car un bon nombre de femmes sont trop épuisées pour s’écouter et s’en rendre compte. Même si la probabilité de développer une dépression postnatale dégringole au fur et à mesure que les mois passent, le risque reste toutefois présent durant les 12 premiers mois de vie du bébé.

Même si le père ou partenaire ne souffre pas des effets collatéraux liés aux hormones, il n’en reste pas moins à risque d’épuisement parental lui/elle aussi. N’oublions donc pas les nouveaux pères (ou deuxième parent) qui peuvent également avoir besoin d’aide durant la période post-partum. Aucune honte à avoir, cela arrive dans près de 20 % des cas. Encore une fois, je suis prête à parier que ce chiffre est largement au-dessous de la réalité, car beaucoup sont dans le déni.

Baby blues : comment vaincre la dépression périnatale ?

Consulter un psy pour la dépression postpartum

Il est absolument indispensable de traiter tous les symptômes qui s’approchent de près ou de loin à une dépression postnatale car cela peut avoir des conséquences importantes sur l’individu, le couple, mais surtout sur le bébé et/ou la relation que le nouveau-né va développer avec son parent (cela s’appelle le lien d’attachement).

Lorsque l’on a un petit bébé à la maison et que l’on vient d’accoucher, il est parfois difficile de s’organiser pour se déplacer jusqu’à un cabinet de psychologie. Pour cette raison, je propose des consultations en ligne (Skype ou WhatsApp).

Si vous souhaitez néanmoins vous déplacer jusqu’au centre-ville de Genève, sachez que vous pourrez venir avec votre poussette facilement (ascenseur aux normes) et que vous êtes le/la bienvenu(e) si vous désirez nourrir votre enfant ou changer la couche de votre bébé.

Il n’est pas toujours facile d’avoir le temps ni l’énergie de prendre son téléphone et d’appeler un psychothérapeute (déjà si l’on arrive à prendre une douche ou faire une sieste, « c’est pas mal »). C’est la raison pour laquelle je vous propose également de consulter mon agenda en ligne sur la plateforme OneDoc. Vous pourrez ainsi rapidement avoir un œil sur mes prochaines disponibilités.


Recherches similaires pour cet article : “Baby blues”

  • dépression postpartum
  • tristesse chez la jeune maman
  • déprime postnatale
  • burnout maternel
  • papa peine à trouver sa place
  • parent épuisé
  • jeune mère en pleurs
  • mon bébé est difficile
  • naissance traumatique
  • père déprimé pendant un baby blues
  • consultation psy parentale
  • psy spécialiste périnatalité
4.8/5 - (13 votes)
Les commentaires sont fermés.
fausse-couche-psy-conseil-geneve-FC-depression-angoisse-perinatalite-psychologue

Dossier psy – comment se remettre d’une fausse couche ?

Fausse couche – Dossier psy rédigé par une spécialiste de la périnatalité pour comprendre les impacts psychologiques …

Comment interpréter mes rêves ?

Comment analyser mes rêves ?

Rêve – Depuis toujours, l’être humain porte une grande attention à un phénomène qui occupe une vaste partie …

TCA : prise en charge psy à Genève

TCA – Ceci est une étude de 2 cas cliniques qui traite de l’exploration de l’impact de la prise en charge …